Des nouvelles des animaux sauvés de l’enfer d’un parc animalier

Des nouvelles des animaux sauvés de l’enfer d’un parc animalier

Mal nourris, sales, assoiffés… Ils avaient été négligés par leur propriétaire après la fermeture du parc. Les équipes de La Hardonnerie, ferme refuge et éducative de Welfarm, ont ainsi recueilli plusieurs volatiles, dont trois oies et trois canards.

À leur arrivée à La Hardonnerie, tous ces palmipèdes étaient affamés et assoiffés. D’une maigreur inquiétante, les oies ont eu pour premier réflexe de chercher l’accès à la nourriture. Les canards, quant à eux, étaient affaiblis par la faim. Déjà durant le trajet qui les menaient à leur nouvelle résidence, tous ces animaux se sont précipités sur les aliments mis à leur disposition. Et ce, malgré le stress du transport en cage, et des visages inconnus. La petite cane en particulier ne cessait de s’abreuver. Ces oiseaux étaient, de plus, dans un état de saleté alarmant. Enfermés dans les enclos boueux et sombres du parc animalier, ils pataugeaient dans leurs excréments sans bénéficier d’un point d’eau.

Placés en quarantaine afin de prévenir tout risque de maladie et de contagion, oies et canards ont passé leurs dix premiers jours à la ferme à reprendre des forces et faire leur toilette. Choyés par les équipes, ils ont vite recouvert forme et vitalité. Fort heureusement, aucun d’entre eux ne souffrait de maladie, ni de blessure. C’est donc en pleine santé qu’ils ont rejoint les autres palmipèdes de La Hardonnerie. D’abord intimidés, ils ont rapidement découvert les joies de la mare et fait de nouvelles rencontres parmi leurs congénères. Au cours de ce sauvetage, La Hardonnerie a également recueilli neuf poules d’ornement qui ont récemment rejoint le poulailler après une courte quarantaine.

Aurélie