Quel a été ton parcours avant La Hardonnerie ?
J’étais éleveuse dans une ferme Bio depuis 30 ans, près de Varenne en Argonne. C’est moi qui fournissais la farine pour Oscar, Rosette, Blue et Mooky. C’est comme ça que j’ai connu La Hardonnerie. L’équipe est très soudée et m’a réservé un très bon accueil. J’ai vraiment envie de m’impliquer dans toutes les tâches de la ferme !

Comment décrirais-tu ton travail à La Hardonnerie ?
Chaque jour, je nourris, observe et soigne tous les animaux. Je nettoie et paille quotidiennement leurs enclos. Je connaissais bien les cochons, un peu moins les moutons et les chèvres que je trouve vraiment intelligents et attachants. Je découvre un peu chaque jour leur personnalité… La Hardonnerie permet d’avoir un contact très proche avec les animaux, ils sont vraiment bien installés ici et peuvent réellement s’exprimer. C’est un endroit idéal pour sensibiliser le public au bien-être animal.

Le bien-être animal était important pour toi, en tant qu’éleveuse ?
Oui, bien sûr, et c’est pour cela que travailler pour La Hardonnerie était inespéré ! Ma vision de l’élevage correspond tout à fait à celle de WELFARM : je suis convaincue qu’il faut en finir avec l’élevage intensif, développer une agriculture durable et plus respectueuse de l’environnement et des animaux. Pour cela, il faut faire la chasse au gaspillage, réduire notre consommation de viande et privilégier l’achat de produits biologiques dans des élevages de proximité. Le bien-être animal devrait être au coeur du travail des
éleveurs.